Rechercher
  • Cyr Dioré Coviae/Greenfib

Episode 2, du covid-19 au coplin-27...

Le présent du passé

Qui vous parle ? on me disait récemment que j’étais un poète pragmatique, comme un mélange d’inné et d’acquis, sûrement le côté poète dans l’inné qui rêve le monde de demain. J’ai développé mon côté pragmatique dans mon expérience professionnelle dans l’industrie métallurgique, symbole du monde d’hier. Dans cette énergie composite, j’aime associer structure et décalage, conviction et ouverture, force et douceur, réalisme et sans limite.


D’où ça vient ? Je dis souvent, que comme Obélix, je suis tombé dans Germe tout petit, ma différence avec lui, c’est que je peux y replonger régulièrement. Germe est un accélérateur de prise de conscience jusqu’à… la prise de conscience que Germe est en fait un constructeur de compétences fortement ancrées parce que construites petit à petit, dans la durée. Germe c’est comme une imprimante 3D qui fine couche par fine couche permet de se découvrir.

Cette aventure de la relation de soi à soi, que nous vivons contraints dans cette période de confinement, je l’ai vécue dans un temps long par petites touches, comme sur une toile impressionniste.

Pendant de nombreuses années, cette transformation se faisait presque malgré moi. La transformation est ce phénomène discret et silencieux dans un temps continu, transformer veut dire : être en train de se donner forme. Le temps de la transformation est le temps du devenir, il n’est donc pas celui qui structure nos organisations, le temps de l’horloge, du faire, du process, le temps comptable, compté, marchand… dans lequel nous avançons, nous avancions ? souvent à marche forcée.

Depuis quelques années, au milieu de toutes ces expériences, j’ai compris que le véritable « en je » était d’élever mon niveau de conscience de moi-même, j’ai compris en quoi ma curiosité de la relation en était le principal vecteur. Étymologiquement, curiosité vient de cura : prendre soin. Être curieux de soi, c’est prendre soin de soi. C’est l’interaction avec les autres qui m’a permis de mieux me connaître. Comme si cette toile impressionniste prenait petit à petit la forme d’un autoportrait. Comme si le pinceau qui jouait sur la toile

je l’apprivoisais et je commençais à le faire moi-même courir sur cette toile. Tout cela sans objectif sans plan, mais surement sur des intuitions et une volonté d’expérimenter. C’est après que la prise de conscience intervient, un moment particulièrement illustrant est ce moment où j’embarquais dans une aventure professionnelle unique, The Bridge.


The Bridge est cet évènement de commémoration en juin 2017 du centenaire du débarquement américain en 1917. C’était un évènement composite réunissant, l’histoire, l’art, le sport, l’entreprise, aventure vécue dans une émotion en 3D, l’émotion historique qui ancre, l’émotion artistique, force créatrice, et l’émotion sportive qui challenge et projette dans la concrétisation. Emotion, moteur mouvement, motivation, même racine étymologique. J’ai eu cette chance pendant un an et demi de participer à la co-construction de cet évènement qui a vu revenir le Queen Mary 2 pour la première fois et sûrement la dernière fois, dans son port de construction à St Nazaire, qui a rassemblé des centaines de milliers de personnes avant de partir vers New York avec à son bord en particulier 800 acteurs d’entreprise de 250 entreprises, avec 75 experts pour travailler sur l’entreprise dans le monde de demain, quelle résonance avec notre actualité !

Cet évènement The Bridge par son ampleur contenait en lui tous les ingrédients pour challenger chacun de nous dans ses limites, terrain de « je » incroyable pour se rencontrer soi-même. Et c’est dans ce moment d’une grande exigence professionnelle que malgré moi, j’ai mis en place les choses pour progresser dans ma relation avec moi-même, j’ai reconnecté avec des structurants de mon enfance, la natation, le chant et la guitare, j’ai découvert de nouveaux structurants, la nature, le pilate…comme une réponse en balancier à ce challenge The Bridge, en me densifiant à l’intérieur.


Retrouvez l'épisode 3, "Le présent du présent", ce moment si particulier.

5 vues

Contactez-nous

  • Facebook
  • Linkedin